Vous êtes ici

Portrait d'une sage femme: Mme Nadjia KADDOURI AMARA

"Hommage à nos glorieuses sages-femmes"

 

 

Sage-femme de santé publique, Nadjia KADDOURI AMARA contribue aux différents programmes nationaux de santé reproductive et planification familiale, élaborés par le ministère de la santé. Avec 34 ans d’expérience et un riche parcours professionnel, qui l’a conduite de Tlemcen, à Constantine, Boufarik, Alger et Ain Benian. De la maternité à la polyclinique/centre de protection maternelle et infantile (PMI) à l’enquête sur le terrain. Assurant les consultations prénatales, les accouchements, les consultations postnatales avec traitement et réparation des épisiotomies pour préserver la vie sexuelle du couple.  Assurant la consultation de planification familiale, counseling et éducation sexuelle. Effectuant les frottis cervico-utérins, dans le programme national de dépistage du cancer du col de l’utérus et enquêtrice de terrain dans la MICS6 (enquête par grappes à indicateurs multiples).
La crise sanitaire déclenchée par le Covid-19, n’a pour autant pas empêché Nadjia KADDOURI AMARA de poursuivre sa noble mission. Sage-femme, dotée de professionnalisme, d’engagement et de dévouement pour la protection de la santé de la mère et de l’enfant, quelques soient les difficultés rencontrées et les défis à relever.
A l’occasion de la journée internationale de la sage-femme, l’UNFPA célèbre la sage-femme algérienne, maillon incontournable dans la mise en œuvre des services de santé reproductive, de la réduction de la mortalité maternelle et infantile et de l’amélioration de la santé des femmes, piliers indispensables à la réalisation des objectifs du développement durable (ODD).
L’UNFPA a interviewé  Nadjia KADDOURI AMARA
Q. Quelle a été votre réaction face au covid 19 ? Comment Avez-vous gérer votre protection ? Celle de vos collègues ? Et celle des femmes enceintes et parturientes ? Quelles sont les mesures préventives que vous avez prises ?
 R. La situation est inédite pour le monde entier, la première réaction que j’ai eu est la peur. Pour moi et pour mes proches, mais aussi pour mes patientes. S’informer et se protéger. Il fallait connaitre aussi la vulnérabilité de la femme enceinte face à cette pandémie et savoir également s’il y avait passage fœto-maternel.
Face à cette pandémie, il fallait adopter des comportements préventifs et respecter strictement toutes les mesures de lutte contre le Covid-19, comme recommandé par le ministère de la santé, et ce afin éviter d'être contaminée ou de propager le Covid-19 :
Le lavage régulier des mains à l’eau et au savon et/ou avec un gel hydro-alcoolique si le savon et l'eau ne sont pas disponibles. Se couvrir la bouche avec un mouchoir quand on éternue ou on tousse, en l’absence de mouchoirs tousser ou éternuer dans le pli du coude.
Eviter de se toucher le visage particulièrement le nez, la bouche et les yeux.
Observer une distance appropriée avec autrui, adopter des comportements sains et apprendre à gérer son stress.
Durant l’exercice de mes fonctions en plus de ces mesures, le port de masque, gants, sur-blouse est obligatoire mais aussi la sensibilisation de mes patientes quant aux mesures préventives et explications des diffèrent risques encourus 
Si chacun de nous y met du sien, on peut éviter une propagation plus importante.

 

Q. Quels sont les changements dans votre exercice induits par covid-19 ?
Jusqu’à maintenant, les femmes enceintes ne semblent pas être plus à risque de contracter la maladie à COVID19 que le reste de la population. Cependant, en raison des changements physiologiques durant la grossesse, les femmes enceintes sont plus à risque de présenter des complications à la suite d’une infection respiratoire. Plus les symptômes et les complications
sont graves, comme une pneumonie, plus les conséquences risquent d’être plus importantes pour la femme enceinte et l’enfant à naître.
Les données actuellement disponibles sur la maladie à COVID19 sont insuffisantes pour démontrer s’il y a plus de risque ou non pour la femme enceinte et l’enfant à naître.
Au vu de ces données nous avons adapté notre manière de travailler, et ceci :
En limitant les activités en privilégiant les consultations essentielles et le report de toute activité non urgente.
En veillant au respect des mesures d’hygiène et de distanciation sociale.
En expliquant aux patientes l’importance des mesures d’hygiène et de distanciation sociale et de la nécessité du respect du confinement.
 
Q. Quelle est votre conduite à tenir devant une femme enceinte malade de Covid-19 ?
Si une patiente présente des symptômes modérés évocateurs d’une infection à COVID-19, la conduite à tenir est de l’orienter vers le médecin en charge des cas suspect de Covid-19 et de rester en contact avec elle par téléphone.
Q. Comment avez-vous adapté votre consultation (consultation prénatale, planification familiale.) à la situation actuelle d’épidémie du covid-19 ?
Suite à la pandémie Covid-19, et afin d’assurer la sécurité des patientes de nouvelles dispositions dans la gestion des consultations ont été prise à savoir :
Limitation des consultations à deux fois par semaine et sur rendez-vous
Dispensation des contraceptifs oraux pour une période de trois (03) à six (06) mois, au conjoint qui présentent la carte de suivi afin d’éviter les déplacements inutiles
Le port de masque en continue est obligatoire.
Eviter le regroupement des patientes en espaçant les RDV et les consultations.
Désinfection de la salle de consultation et du matériel après chaque consultation
Limitation des déplacements des patientes en mettant à leur disposition un numéro personnel utilisé en cas de question urgente et pour la prise de rendez-vous cela permettra un accompagnement de la patiente mais surtout un soutien psychologique.
Aussi, l’anamnèse doit rechercher la notion de séjour à l’étranger dans un pays où l’épidémie existe, la notion de fièvre ou de gêne respiratoire et le contact avec un sujet confirmé.
Il est impératif de garder le lien avec les patientes, quelque soient les difficultés et les défis.
                                                                                                                      
Mon rôle est de les informer, les conseiller et les orienter. Ceci nécessité l’écoute et la transmission de messages dans un langage accessible et compréhensible, adéquat et adapté à chaque femme et chaque couple.