Vous êtes ici

Rapport de situation d'explosion à Beyrouth n ° 8

Près de trois mois après l'explosion qui a secoué la capitale libanaise de Beyrouth, les besoins urgents de protection, de nourriture, de santé, d'abris et de WASH restent cruciaux. La perte de moyens de subsistance, aggravée par l'épidémie actuelle de COVID-19, ainsi que les crises financières et économiques du pays, ont augmenté la demande d'une aide humanitaire substantielle et à long terme. Dans ce contexte, l'ONU et ses partenaires sont activement engagés dans le développement du Cadre de réforme, de relèvement et de reconstruction (3RF) du Groupe de la Banque mondiale, de l'Union européenne et des Nations Unies - une étape critique dans la transition des programmes humanitaires immédiats vers des interventions et un soutien plus durables. pour le relèvement et la reconstruction.

Pour comprendre l'étendue des dommages et les impacts structurels de l'explosion, une évaluation rapide des dommages au niveau du bâtiment a été menée par la municipalité de Beyrouth., avec le soutien de      ONU-Habitat. L'évaluation, portant sur 10280 bâtiments de tous types dans un rayon immédiat de 2 km de l'explosion, a montré que 66,4 par pour cent des bâtiments étaient sûrs, avec seulement des dommages mineurs, tandis que 4,7 pour cent étaient à usage restreint. En outre, 2% d'entre eux étaient considérés comme dangereux et nécessitant une évacuation, 21,8% non classés et 5,1% étaient des parcelles vacantes.

Les effets de la crise économique électronique , les risques accrus de violence sexiste (VBG) et la lutte constante pour accéder à l'aide sont mis en évidence dans une nouvelle étude, « Analyse rapide de genre de l'explosion du port d'août de Beyrouth: un examen intersectionnel», par UNFPA, ABAAD, CARE International, ESCWA et ONU Femmes. L'analyse rapide conjointe du genre (RGA) évalue comment les femmes, les hommes, les filles, les garçons et les minorités de genre ont été touchés par l'explosion du 4 août, et examine l'impact spécifique de l'explosion sur les femmes de diverses nationalités, origines socio-économiques et juridiques statut, capacité, âge et orientation sexuelle.

Une évaluation menée par ONU Femmes montre que le taux de chômage des femmes devrait être passé de 14,3% avant la crise économique à 26% à la fin de septembre 2020. En termes de chiffres, cela correspond à 63% augmentation - de 81 200 à 132 500 femmes au chômage - soit 51 300 femmes au chômage de plus en juin 2020, par rapport à 2018/2019.